Cliquez sur Cours pour accéder directement au descriptif des enseignements

  • Cours (CM) -
  • Cours intégrés (CI) -
  • Travaux dirigés (TD) -
  • Travaux pratiques (TP) -
  • Travail étudiant (TE) -

Langue de l'enseignement : Allemand

Niveau de l'enseignement : C1-Autonome - Utilisateur expérimenté

Description du contenu de l'enseignement

Dans ce cours, consacré à la critique de la langue (Sprachkritik) et au purisme linguistique (Sprachpurismus), nous nous intéresserons aux jugements que les locuteurs germanophones, qu’ils soient ou non spécialistes de langue, portent sur la langue et ses usages. Qu’il concerne les écarts orthographiques, l’emprunt de mots étrangers, la langue des jeunes ou les dialectes, le discours critique est toujours intimement lié à la question de la norme linguistique et de la variation, ou plus précisément aux représentations qu’en ont les commentateurs. Afin de mieux appréhender ces représentations en vue de comprendre le rôle du discours critique dans la constitution et la diffusion de la norme, il convient de mettre en lumière les facteurs historiques, socio-culturels, économiques et/ou esthétiques qui les sous-tendent.
Après avoir clarifié les notions de « critique » et de « purisme », nous retracerons l’évolution des courants puristes en Allemagne depuis le XVIIe siècle et nous présenterons trois formes actuelles du purisme : le combat contre les anglicismes, la langue genrée (« gendergerechte Sprache ») et les concours annuels, largement médiatisés, destinés à choisir le mot le plus pertinent, le terme le moins réussi et le mot phare de la langue des jeunes (« Wort, Unwort, Jugendwort des Jahres »).
Bibliographie sommaire
Balnat, Vincent & Barbara Kaltz, 2007. « Sprachkritik und Sprachpflege im frühen 20. Jahrhundert. Einstellungen zu ‘Fremdwörtern’ und ‘Kurzwörtern’ ». In : Bulletin of the Henry Sweet Society for the History of Linguistic Ideas 49, 27-37.
Bréal, Michel, 1897. Essai de sémantique : science des significations. Chap. « Qu’appelle-t-on pureté de la langue ? ». Paris : Hachette et Cie. .
Heringer, Hans Jürgen & Georg Stötzel (éds.), 1993. Sprachgeschichte und Sprachkritik. Festschrift für Peter v. Polenz zum 65. Geburtstag. Berlin, New York : de Gruyter.
Polenz, Peter von, 2000. Sprachgeschichte und Sprachkritik. Henning-Kaufmann-Stiftung. Deutscher Sprachpreis 2000. Schliengen.
Rey, Alain, 1972. « Usages, jugements et prescriptions linguistiques ». In : Langue française 16, « La norme », 4-28.
Schiewe, Jürgen & Martin Wengeler, 2010. « Was ist Sprachkritik? ». In : Forster, Iris & Tobias Heinz (éds.). Deutsche Gegenwartssprache. Globalisierung, Neue Medien, Sprachkritik. Stuttgart : Reclam (= Texte und Materialien für den Unterricht), 97-102.
Schiewe, Jürgen, 1998. Die Macht der Sprache. Eine Geschichte der Sprachkritik von der Antike bis zur Gegenwart. Munich : C. H. Beck.
Schreiber, Mathias, 2006. « Deutsch for sale ». In : Der Spiegel 40, 182-198.
Sick, Bastian, 2004 sqq. Der Dativ ist dem Genitiv sein Tod. Cologne : Kiepenheuer & Witsch.

Compétences :
- mener un travail de recherche dans le domaine de la linguistique allemande
- être capable d’identifier et analyser les attitudes des locuteurs face à la langue et son évolution
- développer une réflexion critique face aux arguments traditionnels du purisme linguistique

 

Compétences à acquérir

Maîtriser les outils théoriques et terminologiques qui permettent de rendre compte de la réalité des usages ; prendre conscience de la dimension éminemment sociale et identitaire de la langue et comprendre que la langue ne saurait se concevoir comme une entité lisse et monolithique.

Parcours : Les mondes germanophones dans l'espace européen (EAD)