Une politique de la sirène : la poésie de cour dans la Perse médiévale

Le 5 avril 2019
De 14h00 à 15h00
05 avril 2019

Figure incontournable de la cour princière, au même titre que le secrétaire, l’astrologue et le médecin, le poète est salué comme l’un des « plus précieux auxiliaires » du souverain dans la Perse médiévale. Ce poète, qu’accomplit-il en propre qui justifie son éminence ? De quel savoir-faire spécifique est-il le détenteur, et à quelle fin pratique ? Cet exposé considère sous un jour nouveau la fonction de poète et les pouvoirs de la poésie selon la tradition persane classique. Encomiastique, exhortative ou séductrice, la parole poétique semble toujours agir au point aveugle où l’émotion le dispute, chez l’auditeur, à la raison délibérative. Partant, la poésie pourrait bien être la meilleure arme du politique, lame à double tranchant pour politique de la sirène, d’autant plus redoutable qu’elle se donne pour inoffensive, comme il apparaîtra à l’examen de trois cas d’étude.

Justine Landau est Assistant Professor au département Near Eastern Languages and Civilizations de l’Université d’Harvard. Elle est spécialiste de littérature persane classique et a publié, entre autres, De rythme et de raison. Lecture croisée de deux traités de poétiques persans du XIIIe siècle (Paris - Téhéran : Presses de la Sorbonne Nouvelle - IFRI, 2013).

 

Salle 4402 (patio)