Néologie et noms propres

14 janvier 2019

Numéro thématique des Cahiers de lexicologie 2018 – 2, no 113

Sous la direction de Vincent Balnat et Christophe Gérard (LiLPa ; EA 1339)

Contributeurs : Jana Altmanova, Vincent Balnat, Emmanuel Cartier, Hilke Elsen, Pascaline Faure, Mario García-Page Sanchez, Christophe Gérard, Sandrine Graf, Thierry Grass, Gaston Gross, Mathilde Huguin, Denis Jamet, Nava Maroto, Jean Pruvost, Jean-François Sablayrolles, Miguel Sanchez Ibañez et Jean-Louis Vaxelaire. 

En linguistique, la relation entre néologie et noms propres a rarement été considérée pour elle-même, qu’il s’agisse d’innovations lexicales issues de noms propres ou de création de noms propres — devenue omniprésente à notre époque marquée par l’individualisme et l’ultra-communication.

Ce numéro entend contribuer à combler cette lacune, d’une part, en décrivant des stratégies d’innovation spécifiques (noms de médicaments, de partis politiques, de services, etc.) ou communes à certains domaines (par ex. le recours au phono-symbolisme en marketing et en littérature) ; d’autre part, en montrant que ce champ de recherche est source de diverses interrogations qui concernent la sémantique des noms propres et la conceptualisation même de la néologie.